distillateur

Distillerie Absinthe Bovet La Valote
En un mot : charmante
Qui : Françoise Bovet
Où : Rue de la Gare 5, Môtiers, Val-de-Travers
Depuis : 2005
Site internet : www.absinthe-bovet.ch
Absinthe coup de cœur : Le Chat, parce que c’est une douce amertume !
Pour le 15 juin : musique live, à confirmer 

Françoise a connu les heures clandestines de son père Willy Bovet. Dès 2010, il lui transmet patiemment son savoir-faire. Les absinthes sont produites artisanalement, « du champ à la bouteille » nous dit-elle. Un des alambics datant de la prohibition et encore en fonction.

00a.jpg

Distillerie Artemisia-Bugnon
En un mot : artisanale
Qui : Claude-Alain et Karine Bugnon
Où : Grand-Rue 8, Couvet, Val-de-Travers
Depuis : 2004
Site internet : www.absinthe-suisse.com
Absinthe coup de cœur : La Clandestine, parce qu’elle a du corps et du caractère !
Pour le 15 juin : un set de dégustation composé de 3 absinthes et d’une crème d’absinthe aux œufs.

Lorsqu’on demande à Claude-Alain Bugnon pourquoi est-il devenu distillateur, il nous répond « pourquoi pas !? ». En 2004, il partage ses activités entre l’industrie du pétrole et la distillation d’absinthe pour l’exportation. Finalement, avec la légalisation de l’absinthe le 1er mars 2005, il abandonne le pétrole pour se consacrer à sa distillerie.

00b.jpg
 

Distillerie Absinthe La Valote Martin
En un mot : authenticité
Qui : Philippe Martin
Où : Rue du Quarre 10, Boveresse, Val-de-Travers
Depuis : 2005
Site internet : www.absinthe-originale.ch
Absinthe coup de cœur : La Nirvana, parce qu’elle est fine et florale !
Pour le 15 juin : musique live l’après-midi et petite restauration.

Philippe vient d’une famille où les femmes, comme les hommes, distillent depuis plus ou moins 100 ans. Comme il le dit « je suis un peu tombé dedans quand j’étais petit ». Après avoir aidé son papa pour des visites en allemand et en anglais, il quitte la multinationale où il travaille et succède à son père.

00c.jpg

Distillerie Absintherie « Celle à Guilloud »
En un mot (ou presque) : rappel de la clandestinité
Qui : Pierre-André Matthey
Où : Grand-Rue 29, Fleurier, Val-de-Travers
Depuis : 2008
Site internet : www.absinthecelleaguilloud.ch
Absinthe coup de cœur : La Guilloudtine 68%, parce qu’elle a de la structure !
Pour le 15 juin : vous pourrez découvrir une nouvelle absinthe : "L’éphémère" 54%.

C’est par passion et par les beautés du hasard que Pierre-André est devenu distillateur. Il connaissait Daniel Guilloud, qui, au détour d’une terrasse, lui demande « Comment vas-tu ? », Pierre-André lui répond : « Un jour j’achèterai ton business ». La réplique de Guilloud fut la suivante : « Il est à vendre ».

00d.jpg
 

Distillerie Absinthe de l’Herboriste
En un mot : artisano-ancestrale
Qui : Pierre-André et Cosette Virgilio
Où : Grand-Rue 20, Fleurier, Val-de-Travers
Depuis : 2012
Site internet : page Facebook
Absinthe coup de cœur : L’Herboriste, parce qu’elle très aromatique, gouleyante, apéritive et conviviale !
Pour le 15 juin : visite, dégustation, petite restauration, à manger et à boire pour tous.

Pierre-André le dit, « c’est un plaisir qui est devenu une passion ». Dans la famille ils ont toujours baigné dans le monde des plantes médicinales. Pendant plus de cinquante ans ils ont brassé les plantes pour les clandestins. Après la levée de l'interdiction, ils ont rejoint le monde des distillateurs et ont transformé l'ancienne lessiverie de la Grand-Rue 20 en distillerie, à l'arrière de l’actuelle droguerie-herboristerie.

00e.jpg

Distillerie Absinthe GRAND
En un mot : atypique 
Qui : Patrick Grand
Où : Rue des Moulins 1a, Fleurier, Val-de-Travers
Depuis : 2009
Site internet : www.absinthe-grand.com

Absinthe coup de cœur : La No5, parce que c'est un élixir, un joyau, une gourmandise, une absinthe vieillie en fût de chêne qui se boit sans eau, comme un bon cognac.

Pour le 15 juin : dégustation des nouvelles absinthes GRAND, saucisson cuit dans l'absinthe, raclette, musique et concours de miss et mister Absinthe GRAND.

Au départ c’est un pasteur qui distillait clandestinement. Puis, ce lieu unique, une chapelle, est racheté par le papa de Patrick en 1987. Cela fait maintenant 10 ans qu’il distille avec passion ce spiritueux si mystérieux. Fier de cultiver ses propres plantes d'absinthes, de mélisse, d’hysope et de menthe poivrée, Patrick attache une très grande importance à la qualité de ses produits, mais aussi à l'originalité de ses bouteilles qui se démarquent, autant que le lieu où elles sont fabriquées.

00f.jpg